DISCUSSIONS AUTOUR DU THEME DES OBJETS ARCHEOLOGIQUES EN GENERAL ET DES FIBULES EN PARTICULIER.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Griffons affrontés

Aller en bas 
AuteurMessage
trouv'

trouv'

Messages : 893
Date d'inscription : 29/09/2011

Griffons affrontés Empty
MessageSujet: Griffons affrontés   Griffons affrontés Icon_minitimeLun 24 Déc - 1:04

magnifique fibule mesurant 33 X 15,5 mm , les ailes sont réhaussées de lunules niellées ainsi que la coupe où les deux griffons posent la patte . . . Oro va se faire un plaisir (entaché d'un peu de Griffons affrontés 1167805751 ) à nous expliquer sa signification


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
ORO
Admin
ORO

Messages : 617
Date d'inscription : 27/09/2011

Griffons affrontés Empty
MessageSujet: Re: Griffons affrontés   Griffons affrontés Icon_minitimeLun 24 Déc - 9:21

Oro, va surtout reconnaître son ignorance et son ébahissement face à ce monument de la fibule.. Shocked
Modèle inconnu pour ma part, pas impossible que j'aie croisé un griffon sur une fibule, mais deux "affrontés"..
Si on se met à sortir du lourd tous les deux, trois jours.. drunken
La coupe centrale est souvent l'occasion d'afficher en symétrie dauphins ou autres; cette coupe doit être primordiale comme symbole pour être au centre de la composition, à creuser, l'esprit romain peut-être tortueux et plein de surprises métaphoriques; ce pourraît être aussi ce que contient la coupe; l'eau de la vie, le vin "Dyonisiaque", va falloir comparer et creuser.
Le griffon pareil, pas la bêbête de tous les jours, avatar unique ou "véhicule" pluriel, je ne sais, va falloir creuser ailleurs je pense, que sur les fibules (mosaïques, bas reliefs), sans compter le décor en "lunes" à prendre aussi en compte, heureusement qu'il y a le copain google.
C'est le pied de voir qu'il y a encore des inédites dans les zoomorphes. geek
Griffons affrontés 3587740883
Griffons affrontés 1167805751 Griffons affrontés 1167805751 Griffons affrontés 1167805751 ( au-dessus c'est le nirvana )
Revenir en haut Aller en bas
https://archeonet.forumgratuit.be
ORO
Admin
ORO

Messages : 617
Date d'inscription : 27/09/2011

Griffons affrontés Empty
MessageSujet: Re: Griffons affrontés   Griffons affrontés Icon_minitimeMar 25 Déc - 17:54

Dans la typo Feugère, il cite deux fibules à griffon, une 29a, émaillée; trouvée à Augst et que l'on doit donc pouvoir retrouver (E. Riha 1979, n°1745)
et une 29b: un buste entre 2 griffons: Besançon, lit du Doubs ( Doubs) (atelierc?) L.Lerat 1956;313)
Revenir en haut Aller en bas
https://archeonet.forumgratuit.be
ORO
Admin
ORO

Messages : 617
Date d'inscription : 27/09/2011

Griffons affrontés Empty
MessageSujet: Re: Griffons affrontés   Griffons affrontés Icon_minitimeMer 16 Jan - 14:12

Et voici ce qu'on peut en lire sur le net:
Origines:
"La possible origine antique de l'hippogriffe ne fait pas l'unanimité parmi les spécialistes récents. En effet, cette créature
n'est pas nommée, aucun mythe ni aucune légende ne lui sont rattachés (contrairement au griffon et au simurgh) avant la parution du Roland furieux. La position dominante chez les spécialistes (entre autres, celle de l'historien des croyances équestres Marc-André Wagner) est de voir dans l'hippogriffe une création de l'Arioste (auteur vers 1500), dans la continuité du cycle carolingien, au début du XVIe siècle et à la fin du Moyen Âge.
Jorge Luis Borges cite par exemple sans ambiguïté l'Arioste comme l'inventeur de l'hippogriffe, tout comme les auteurs
du Webster's 1828 American Dictionary.
Des représentations artistiques proches de l'hippogriffe sont toutefois attestées dès l'antiquité. ( Et ta fibule en est une preuve de plus qui contredit certains spécialistes )

Représentations artistiques;

La plus ancienne représentation supposée d'hippogriffe aurait été retrouvée aux îles Baléares, par les Pisans qui l'ont ensuite apporté à Pise au retour de la conquête des îles, époque à laquelle on construisait le dôme de la cathédrale.
Connue sous le nom d'Hippogriffe du Campo Santo, elle fut placée sur le clocher de l'est. Ainsi que le rapporte Jacques-Paul Migne, cette représentation est différente de l'hippogriffe médiéval : mesurant 69 centimètres de hauteur, ses ailes et sa tête ressemblent à celles de l'aigle ou du coq, mais sa partie inférieure a des formes analogues à celles d'un chien, et ses pieds sont armés d'ergots. La queue lui manque, mais on pense qu'elle devait représenter un serpent. La partie supérieure du corps est couverte d'écailles de poissons et d'un grand nombre de figures. Considéré comme une idole ou un talisman œuvre des Arabes, l'hippogriffe du Campo Santo avait peut-être une fonction d'oracle.
On trouve, à l'époque gallo-romaine et mérovingienne, plusieurs représentations d'hybrides de cheval et de rapace, mais leur signification reste très obscure. Une pièce gallo-grecque combine un cheval-oiseau avec le svastika, symbole de la roue en mouvement.

L'hippogriffe mérovingien diffère par sa représentation de celui de l'Arioste, puisqu'il s'agit d'un équidé au bec de rapace et aux sabots en forme de griffes.
Durant l'antiquité grecque et selon Cassandra Eason, griffons et hippogriffes (sans que ce dernier ne soit explicitement nommé) seraient souvent confondus et tous deux d'origine perse, empruntés à la mythologie du Simorgh. Le griffon est formé à partir du roi des oiseaux, l'aigle, et du roi des animaux, le lion, dont il combine les puissances respectives. Associé au soleil dans de nombreuses cultures, il tire le char d'Apollon selon la mythologie grecque et présente la particularité d'être lui-même en partie hippomorphe sur certaines représentations, puisqu'il porte des oreilles de cheval.
Certains auteurs du XIXe siècle pensent que l'hippogriffe était lié au culte d'Apollon, en provenance de l'Orient, sans que l'on sache si cet animal mythique était lié à Apollon en tant que dieu du Soleil ou en tant que dieu des Muses. Le mythe de l'hippogriffe serait ainsi arrivé en Europe par l'entremise des Grecs.

L'opinicus et l'hippogriffe sont de la même famille que le griffon.
Le premier lui est semblable, mis à part ses pattes avant qui sont celles du lion. Le second est le résultat d'une idylle entre un griffon et une jument et a le corps d'un cheval à la place de celui du lion. Le Garuda apparenté au phoenix étant une créature hiéracocéphale, certains bestiaires s'accordent sur le point qu'il est de la même famille.

Les griffons sont mi-aigles et mi-lion, portant souvent une crête de nageoires et des oreilles de cheval.

L'hippalectryon, hybride mi-cheval mi-coq apparaît chez Eschyle, dans Prométhée enchaîné, comme une monture de l'Océan (divinité maritime).
On trouve dans la littérature latine une évocation de l'origine de l'hippogriffe, plus tard réutilisée par l'Arioste, sous la plume de Virgile dans ses Églogues :
« … les griffons s'accoupleront avec des juments, les cerfs timides et les chiens viendront boire ensemble… »

— Virgile, Églogues

Virgile considérait que l'union des griffons et des juments était un mauvais présage, l'auteur ésotériste D. J. Conway voit dans l'hippogriffe une créature du plan astral qui a pour fonction de mener ses cavaliers sur la voie spirituelle et de leur faire vivre de fortes expériences mystiques, notamment pour voyager entre les mondes durant les méditations.
Le griffon se voit souvent associé aux divinités et héros locaux (Gilgamesh, Ningishzida, Seth, rois égyptiens, Apollon,
Dionysos, Éros ou encore Némésis),en train de tirer des chars ,l’attelage du dieu des tempêtes mésopotamien, d'Éros, d’Artémis, de Dionysos, ou de Malakbel de Palmyre.

Types de contextes où l'on retrouve ces animaux fantastiques:

-Sur des monnaies, par exemple sur un statère en argent représentant un griffon bondissant.
-Portant des personnages sur son dos (la divinité féminine mésopotamienne exhibant des serpents dans ses mains, Dionysos, Apollon et parfois une Néréide, ainsi que les défunts).
-Sur des scènes, participant à des scènes de chasse, à combattre des héros, guerriers et ennemis (dont en particulier les Arimaspes et les Amazones).
-S’attaquer à des animaux sauvages, communs ou fantastiques (Sphinx, Scylla, centaures et tritons).
-Sur des fibules;, le griffon est seul, comme dans ce cas, ou se campe face à un congénère de part et d’autre d’un élément (l’arbre de vie et la palmette orientaux remplacés dans l'art romain par un candélabre, un vase, une lyre ou un trépied d’Apollon), on le voit s'abreuver, et enfin, se lier au culte funéraire, comme animal psychopompe (qui accompagne l'âme des morts ou comme gardien du monde des morts).
Conclusions:
Ta fibule me semble être simplement liée au culte des morts, je l'imagine dès lors être une offrande votive.
Techniquement, sa finesse de détails, laisse penser que non seulement elle à été étamée, mais aussi niellée, ceci semble la rattacher à ce fameux atelier "c", que l'on situe à Alésia. datation proposée 100 à 300 après J-C.
Revenir en haut Aller en bas
https://archeonet.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




Griffons affrontés Empty
MessageSujet: Re: Griffons affrontés   Griffons affrontés Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Griffons affrontés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» affronté ou adossé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur ARCHEONET! :: 6-Les fibules skeuomorphes, zoomorphes, anthropomorphes et phallus-F.28-29-
Sauter vers: